Índia: Família Anantnag pede para levar Baraat a Doda em meio ao toque de recolher do NH | Notícias da Índia

SRINAGAR: C'était une course folle pour le futur marié Danish Ali résidant à Anantnag, qui avait couru quelques heures avant son mariage samedi pour demander et recevoir une autorisation spéciale d'utilisation. l'autoroute nationale Srinagar-Jammu dimanche. Danois devait se marier samedi dans le district de Doda et revenir à Anantnag avec sa nouvelle épouse et baraati (famille et amis) dimanche.

La soudaine interdiction imposée par l'État à la circulation des civils sur les autoroutes les mercredis et les dimanches faillit faire payer ses plans. La restriction, mise en place jeudi pour assurer la circulation des troupes sans incident, a suscité un tollé et a été rapidement revue vendredi afin d’exempter les voyages de catégorie spéciale. Les autorités ont annoncé que les personnes en situation d'urgence ou dans des situations uniques pourraient demander une sanction de voyage spéciale.

Après la commande de jeudi, les deux familles étaient frénétiques et se demandaient si le mariage devait être reporté. Dès que la restriction fut levée, Danois et sa famille s'empressèrent de demander un signe spécial.

Armé d’une ordonnance émise par le commissaire suppléant Anantnag, le danois Ali se rendit avec un baraat de 12 membres (famille et amis du marié) dans quatre véhicules. La permission n'a été donnée que pour deux jours. En raison de la tournure des événements, la famille a dû abandonner le festin somptueux qu’elle devait organiser le 7 avril.

L'ordre, le premier après la restriction, se lit comme suit: «Le Danois Ali, fils de Showkat Ali Bhat du district de New Qazi Bagh Anantnag, à Anantnag, accompagné de 12 personnes, est autorisé à passer d'Anantnag à Doda avec son véhicule. ) JK03C-2171, DL7CF-6696, JK03E-2430 et DL3CAN-2779 en rapport avec la cérémonie de mariage du 06-04-2019 et de retour le 07-04-2019 après un contrôle approfondi de sécurité (L'autorisation est valable uniquement pour deux jours ). ”

La famille a présenté son plaidoyer au bureau du sous-commissaire Anantnag, où elle a été marquée, à un autre sous-commissaire, qui l’a transmis à son tour au surintendant principal de la police du district d’Anantnag, pour lui demander si une autorisation devait être donnée.

Este artigo apareceu primeiro (em inglês) em OS TEMPOS DA ÍNDIA