Uma nova página é aberta em Jumia depois de entrar na Bolsa de Nova York

Jumia est aujourd’hui le leader incontestable dans le secteur du e-commerce au Cameroun. À son arrivée sur le marché camerounais il y a 6 ans, la Start up ne comptait que 4 employés et aujourd’hui elle en compte 200 dont 70 % des femmes. Depuis plusieurs jours, le géant africain du e-commerce est au-devant de l’actualité avec son entrée à la bourse de New-York. Jumia est la première entreprise technologique africaine à être coté à la bourse de New-York. Pendant les 6 dernières années, l’entreprise a dû challenger un marché africain complexe où il fallait inventer les nouvelles règles du e-commerce pour survivre. Le taux de croissance de Jumia sur le continent est impressionnant, au Cameroun, elle va de 30 à 40 % l’avons-nous appris de Kone Dowogonan le CEO de Jumia Cameroun. Avec son entrée en bourse, Jumia qui, jusqu’ici faisait sa levée de fonds au privé ouvre son capital au public. L’entreprise pourra ainsi continuer son développement sur le continent avec plus de sérénité. En ce qui concerne le choix de la bourse de New-York, la hiérarchie de Jumia justifie cela par le fait que cette dernière contrairement à d’autres a une grosse expérience des entreprises technologiques et du e-commerce. Après l’entrée en bourse de Jumia, une grosse polémique a éclaté sur l’africanité de Jumia. Ici, les dirigeants sont clairs : le top management de Jumia est exclusivement africain, Jumia emploie directement près de 5 000 personnes sur le continent, Jumia opère sur le marché africain, donc la question d’africanité de l’entreprise ne doit pas se poser. Jumia Cameroun toujours dans sa quête de croissance finalise actuellement un entrepôt de 1000 m2 dans la ville de Douala pour les produits agroalimentaires. Nous avons également appris du CEO l’arrivée prochainement de Jumia Party, un service de livraison des boissons à temps réel pour les festivités et autres. WordPress:J’aime chargement… Articles similaires (function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.async=true; js.src = “//connect.facebook.net/fr_FR)/all.js#xfbml=1&appId=395202813876688”; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.async=true; js.src = “//connect.facebook.net/fr_FR)/all.js#xfbml=1&appId=395202813876688”; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

Este artigo apareceu primeiro em Presidente dos Camarões